UFC-Que Choisir de Côte d'Or

Energie

Compteur Linky : un rapport officiel critique

Les associations anti-Linky réclamaient sa publication depuis des semaines, la ministre de l’Environnement a fini par céder. Le rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable sur le déploiement du compteur Linky, qui lui avait été remis en janvier, vient d’être publié.

Un rapport officiel critiqueMalgré ces 4 longs mois de retard qui auraient pu laisser présager d’un rapport explosif, on est très loin du brûlot susceptible de remettre en cause le programme Linky.

Si ce rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable (1) émet de sérieuses critiques, elles portent surtout sur une approche trop centrée sur la gestion du réseau et pas assez sur les clients. « Si le compteur est une réussite technique pour la gestion du réseau, son utilisation pour la maîtrise de l’énergie reste largement insuffisante, déplorent les auteurs. Le risque est fort que, sans mesures d’accompagnement […], Linky ne se cantonne à ce rôle remontant de comptage par télérelevés. » Le rapport justifie ainsi le bien-fondé du combat mené par l’UFC-Que Choisir pour que Linky permette des suivis de consommation avec un affichage en temps réel, les seuls à même d’inciter les ménages à réduire leur consommation d’électricité.

Concernant les champs électromagnétiques, les auteurs taclent « une « désinformation évidente de certains sites opposés à Linky, avec de plus une nette volonté de créer un sentiment d’inquiétude parmi le public ». Ils jugent que « la question sanitaire ne constitue pas une difficulté susceptible de remettre en cause le programme Linky », mais réclament une prise en compte « des configurations d’installations atypiques pouvant générer des expositions de durées longues ». Les auteurs visent ici « des cas particuliers où les compteurs sont dans des pièces très utilisées et à proximité immédiate de personnes y stationnant durablement, typiquement une chambre d’étudiant de 8 à 10 m2. »

Interrogés par la ministre « sur l’origine et la nature des préoccupations se faisant jour concernant le déploiement du compteur Linky », ils dédouanent en grande partie le programme Linky, mettant les oppositions sur le compte « de perceptions sociétales » exacerbées par un environnement hertzien qui se charge de plus en plus et par la sensation qu’ont les citoyens de laisser de plus en plus de traces numériques.

Le rapport ne le dit pas, mais « Que Choisir » ajouterait volontiers aux problèmes évoqués le passage en force d’Enedis et les loupés d’installation pour expliquer les tensions.

NOTES