UFC-Que Choisir de Côte d'Or

Transports

SNCF : des résolutions 2018 en faveur des usagers

Face au bilan peu reluisant de l’année passée, la SNCF semble avoir pris de bonnes résolutions pour 2018. À elle de les tenir !

Il y a un peu plus d’un an, la compagnie ferroviaire dévoilait sa signature « Rapprochons-nous ». Souvenez-vous de ce spot où deux jeunes gens amoureux se croisaient en train tous les jours à 8h02 sans retard ou annulation. Il faut bien avouer que 2017 aura été bien loin de cette situation idyllique, avec son lot d’incidents qui se sont multipliés sur les rails, que j’ai déjà eu l’occasion de dénoncer, mais aussi dans les gares. Alors que la SNCF a accumulé les problèmes, parfois dans des moments de très grande affluence, les crises successives ont effrité encore un peu plus la confiance, la satisfaction et la patience des usagers.

Au-delà des couacs liés à des pics de fréquentation, les transports du quotidien (Intercités, TER, Transiliens) sont sclérosés, ce qui touche particulièrement les voyageurs. C’est pour cela que le mois dernier l’UFC-Que Choisir demandait aux Conseils régionaux de prendre des mesures pour réduire et limiter les retards des trains régionaux. Effectivement, deux ans après les élections régionales, d’importantes difficultés persistent toujours sur les « lignes malades »…

Néanmoins, des mesures en faveur des usagers ont été annoncées suite à la réunion du 8 janvier entre la Ministre chargée des Transports et les dirigeants de la SNCF. Elisabeth Borne a ainsi confirmé que le Gouvernement donnerait sa priorité à la modernisation du réseau existant et la SNCF a affiché une volonté de transparence que je ne peux qu’encourager… en souhaitant qu’elle soit bien réelle !

La mise en place de l’indicateur de gravité des incidents d’exploitation du réseau affectant les voyageurs irait dans ce sens en permettant une meilleure information. La publication quotidienne du taux de régularité des trains TER, Transilien, Intercités et TGV ayant circulé la veille est une bonne chose en apparence, mais le diable, comme souvent en la matière, se niche dans les détails. Le projet qui m’a été présenté est pour l’instant bien trop agrégé. Pour les TER par exemple, il serait question de données à l’échelle de la région tout entière. Une telle agrégation présente bien peu d’intérêt. De plus, encore faut-il distinguer les heures de pointe des heures creuses, prendre également en compte les annulations ainsi que les retards de moins de 5 minutes. Alors oui on pourra vraiment parler de transparence, à défaut nous ne serions que dans un plan de communication. Enfin, l’audit des grandes gares réalisé au cours du premier trimestre 2018, viendrait renforcer le programme Rob.In (Robustesse et Information) déployé depuis la fin de l’été pour absorber les incidents.

Je souhaite donc qu’en 2018 la SNCF poursuive ses efforts en appliquant les mesures annoncées et en consacrant plus de moyens à l’amélioration du réseau existant, ce qui permettrait aux usagers de vivre une année plus sereine. Avec la SNCF est-ce possible ?

Alain Bazot

Président de l’UFC – Que Choisir