UFC-Que Choisir de Côte d'Or

Alimentation

D’où vient le poisson qui est dans notre assiette ?

L’Association UFC-Que Choisir de Côte-d’Or veut sauver les poissons de mer en nous incitant a être vigilants et exigeants pour éviter la disparition des espèces.

N’achetez pas n’importe quel type de poisson, demandez comment il a été péché et si c’est bien la bonne saison pour le consommer.

C’est la bataille lancée par l’UFC-Que Choisir de Côte-d’Or.  Après deux mois d’enquête dans 15 poissonneries du département, l’Association de consommateurs estime que 80 % des poissons qui se trouvent sur nos étals sont issus d’une pêche intensive. Elle nous demande de rejeter le mode de pêche au chalut , ces grands filets qui ratissent le fond des mers et capturent toutes les espèces sans distinctions.

  • ll faut bannir le chalut, sauf pour la sardine, le maquereau, l’anchois et le hareng,  indique l’Association dans un communiqué.
  • Diversifier les achats en privilégiant les espèces dont les stocks sont les plus fournis (ceux indiqués ci-dessus) ou peu connus, comme la vieille, la plie ou le tacaud.
  • Proscrire les achats de poissons de grands fonds, notamment sabre noir, grenadier, lingue bleue du fait de la grande fragilité des stocks.

Avec le Hashtag #OnVeutPlusDuChalut, l’Association nous invite à faire campagne sur les réseaux sociaux et nous demande de choisir des poissons pêchés avec des méthodes plus durables. Elle réclame aux pouvoirs publics la création d’un étiquetage plus clair sur les méthodes de pêche et l’état des espèces.

Les poissonniers sont-ils tous dépendants de grossistes qui font la loi sur le marché ? Aux Halles de Dijon, Marc Schaferlée a fait le choix de travailler avec « le groupement de la Cotiniere », des pêcheurs du secteur d’Oléron dont les bateaux n’excèdent pas 12 mètres et ne partent pas pour plusieurs jours de pêche intensive. « On ne veut que du beau » assure ce poissonnier, qui se conforme au rythme des saisons et respecte la reproductions des  espèces.

L’UFC-Que Choisir nous invite aussi à ne pas consommer n’importe quel poisson n’importe quand. C’est important pour garantir la survie des populations de nos mers et océans. Face à l’étal du poissonnier, il y a 10 points clés à respecter détaillés en cliquant ici.

Extrait de l’interview du 25 septembre 2020 par Olivier ESTRAN (France Bleu Bourgogne) et Pierre GUILLE  (Vice-Président de l’UFC-Que Choisir de Côte d’Or).